Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 28 octobre 1913

Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

+ Jésus                                             28 Octobre 1913

Ma petite sœur chérie,

Le bon Dieu vient pour la première fois demain aux Buissonnets. Tu sais sans doute que les Rocques sont partis après nous avoir fait les mille misères et depuis le 1er Octobre c'est Melle Mikael Castel qui les a remplacés, elle a une quarantaine d'années (c'est la Sr de Sr Marie de la Trinité) Elle est venue avec sa vieille mère qui est impotente et c'est à elle qu'on portera le bon Dieu demain matin.

Tu ne sais pas combien cela me fait plaisir que le bon Dieu vienne dans le petit sanctuaire que nous avons arrangé avec tant de coeur à cause de lui, je m'en fais une fête.

Nous venons d'avoir notre retraite prêchée par le R.P. Foch, jésuite. Ce bon Père nous a parlé de la vie intérieure il nous a fait deux superbes instructions sur la conformité à la volonté du bon Dieu, puis en terminant les exercices il nous a laissé comme bouquet spirituel cette pensée d'agir non pas comme si nous voulions devenir des saintes, mais comme si nous étions des saintes... Cette pensée est, je trouve, très ingénieuse, car cela fatigue de toujours courir après quelque chose qu'on ne peut attraper, il vaut mieux jouer au fin et faire comme si on l'avait. Ainsi, dans la vie, ceux qui savent jouir de ce qu'ils ont, sont plus heureux que ceux qui courent toujours après la richesse ne trouvant jamais qu'ils en ont assez. Une sainte ferait ceci, cela je le fais et puis tout est dit.

Notre chère petite Thérèse disait à peu près dans le même sens : "Il ne faut pas travailler pour devenir des saintes mais pour faire plaisir au bon Dieu..."

Le P. Foch ne connaissait guère notre petite sainte, mais il est parti enthousiasmé de tout ce qu'il a vu à la tombe, aux Buissonnets, au Carmel. Il appelle notre communauté une "petite Jérusalem" : "une vision de paix et de joie". C'est vrai que l'union et le bon esprit règnent ici.

Petite sœur chérie, et toi comment vas-tu ? Oh ! que ta dernière petite ou plutôt grande lettre m'a fait plaisir la lettre adressée à moi, mais je te l'ai déjà dit. Et la Ste Céline y as-tu pensé ? Mgr de Teil m'a écrit.

Je t'embrasse ma Léonie comme je t'aime c'est à dire de tout mon coeur.

Ta petite sœur Geneviève de Ste Thérèse

r.c.i.

Mon affectueux respect à tes bonnes Mères.

Ci-joint 2 petits feuillets dont le texte est de Mère Sous-Prieure.