Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 13 février 1912

Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

+ Jésus 13 Février 1912.

Ma petite sœur chérie,

C'est donc l'adieu avant le Carême, qui passera vite comme tous les autres, comme notre vie laquelle aboutira à la Pâque éternelle.

Je suis certaine que tu désires des nouvelles de Rome aussi je vais t'en donner. Peut-être te redirons-nous la même chose, mais comme ce ne sera pas sous les même termes, il y aura certainement du nouveau dans chaque narration.

Le procès a été déposé à la S.C. des Rites le 5 février (jour anniversaire de ma Prise d'Habit) Mgr Lemonnier y était ainsi que M. Quirié et Mgr de Teil bien entendu, avec le Postulateur le P. Rodrigue. Ensuite Mgr Lemonnier a donné un grand dîner à l'hôtel de la Minerve auquel il a invité les Avocats et autres personnages qui travailleraient au Procès.

Mgr a vu le St Père, mais on ne sait pas ce qu'il lui a dit, on sait seulement qu'à la dernière visite pour prendre congé le Pape a parlé de Thérèse de lui-même.

La petite Carmélite Gréville dans une audience privée avec ses parents s'est approchée de sa Sainteté et lui a demandé de béatifier bien vite "la petite Thérèse". Le bon St Père a repris: ah  ! oui Sr Thérèse de l'Enfant Jésus ! et dans le cours de la conversation plus tard il l'a nommé à son tour "la petite Thérèse", ce qui plaît beaucoup à notre Mère.

Mgr de Teil a vu les sœurs du Pape et leur a remis un petit reliquaire de Thérèse qu'elles aiment beaucoup, elles ont raconté que le Pape leur avait déjà montré la vie traduite en Japonais qu'on venait de lui offrir, pour leur faire une malice en les invitant à la lire.

Par un concours de circonstances Mgr de Nardo s'est trouvé justement à Rome avec ces Messieurs, il a parlé de Thérèse au St Père et aux membres de la S.C. des Rites. Enfin tout va pour le mieux et si le Procès n'est pas encore ouvert il n'en ira pas moins vite j'en suis persuadée. Jésus veille pour glorifier "la joie de son Coeur"... au plus tôt.

Je crois que ce sont à peu près toutes les nouvelles de Rome. En fait de nouvelles en voici une autre. Le P. Hyacin­the Loison est mort Jeudi dernier comme il a vécu, c'est-à-dire dans l'impénitence finale. Tu ne saurais croire combien cette nouvelle m'a fait de la peine, j'espérais sa conversion parce que Thérèse l'avait tant désirée et avait tant prié pour lui... c'était notre grande sollicitude étant jeunes filles. Depuis quelque temps nous avions essayé de le sauver. Nous avions envoyé la vie de 'Thérèse transcrivant les passages inédits de ses lettres où elle parle de lui, de plus je lui ai écrit deux fois. Il avait répondu m'envoyant son portrait, celui de sa femme ainsi que des biographies sur eux, mais à la dernière lettre il nous avait bien paru qu'il n'y avait rien à faire. Le P. Elie avait essayé aussi. Enfin tous nous avons échoué ! Ah ! que c'est triste l'orgueil ! Petite sœur, je t'aime et t'embrasse. Ta Céline,

Geneviève de Ste Thérèse r.c.i.

Mon affectueux respect à tes bonnes Mères.