Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 26 décembre 1911

Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

+ Jésus                             26 Décembre 1911

Ma petite sœur chérie,

Voilà encore une belle fête de Noël de passée. Hier soir on nous a fait auprès de la crèche la fête composée par Thérèse. Juge de mon bonheur, c'est la "grappe" qui m'est échue en partage. Si Jésus allait manger sa petite grappe ?... Ah ! je crois plutôt qu'il va s'amuser avec, la presser et finalement la laisser encore sur la terre, le bonheur de m'en aller n'est pas fait pour moi. Pourtant dernièrement j'ai eu un beau rêve "le plus consolant de ma vie". Le mercredi 8 Novembre au matin je me trouvais avec notre Mère sur le bord du cloître quand, regardant le ciel couvert de nuages, je les vis tout à coup s'écarter laissant s'échapper par la baie ouverte des flots de clarté. Dans ce noyau de lumière je vis par le dos Trois Personnes elles paraissaient se concerter, je ne reconnus que Notre Seigneur et ne sus pas si c'était la Trinité de la terre ou celle des Cieux. Presqu'en même temps plus loin dans le ciel, les nuages s'écartèrent de la même façon me laissant apercevoir, toujours par le dos deux petits enfants se tenant par la main, des boucles dorées ravissantes flottaient sur leur cou. Je pensai : c'est Thérèse et moi, oui je suis bien dans la voie d'Enfance un jour je serai avec elle pour toute l'éternité...

Puis mes yeux se portèrent vers la première scène. O bonheur! Jésus s'était retourné, il s'avançait sur le bord du nuage et me tendait les bras avec un amour, une tendresse inexprimables. Son vêtement était de lumière, son coeur tout rayonnant... Alors je m'éveillai.

Tu comprends ma Léonie si ce rêve m'a consolée, j'y repense bien souvent il m'excite à la confiance, me dit que je suis aimée là-haut et, comme je l'avais toujours pensé, que le moment de la mort est le plus beau de la vie. Je t'assure que, dans mon rêve, le purgatoire n'avait rien à faire avec moi !...

Mais je termine, car je ne t'intéresserai plus à la fin, ne crains pas que les ailes me poussent pour monter jusqu'à Jésus, ma tâche ne doit pas être remplie encore. Thérèse a encore besoin de moi sur la terre. Au printemps on va commencer des travaux à la Chapelle ce sont des autels qu'on va placer dans la nef en faisant un enfoncement sous chaque fenêtre car les pèlerinages deviennent trop nombreux pour n'avoir qu'un seul autel.

Plus tard il faudra s'occuper de la châsse, de son emplacement, du corps saint représentant notre petite sœur, enfin, tu vois que la tâche de la pauvre "artiste" n'est pas achevée car Dieu l'a douée pour tout cela il faut bien qu'elle fournisse sa carrière.

Madame Hassebroucq est en ce moment à Orléans depuis 6 semaines. Elle a fait opérer Germaine de l'otite par un spécialiste. On a cru qu'elle n'en guérirait pas, car le docteur lui a laissé un petite osselet de l'oreille déjà carié c'était afin de ne pas la rendre sourde à 15 ans. Il a donc fallu assainir ce petit os. Maintenant elle va bien et nous revient dans 8 jours. Les 2 autres ont été chez Jeanne pendant ce temps, elles se tiennent éloignées du Carmel. Certainement Marie est pour le monde et Sabine bien originale.

Je t'embrasse petite sœur chérie en te souhaitant une bonne année. Ta petite sœur

Geneviève de Ste Thérèse

r.c.i.

Mes meilleurs voeux à tes bonnes Mères.