Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 16 avril 1911

 Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

+ Jésus                    Pâques 16 Avril 1911

Ma petite sœur chérie,

Il est 6 h I/2 du matin c'est le premier instant que nous avons de libre et je m'empresse de venir vers toi. Nous sommes levées depuis 2h 3/4 et n'avions point cessé de chanter les louanges du bon Dieu. Ah ! que son joug est doux et son fardeau léger !...

Le coeur est tout plein des mystères de ce jour, plein jusqu'aux bords... on s'est tellement attaché à Jésus ces jours-ci, qu'il serait impossible de ne pas penser à lui et de ne pas le suivre partout où il est allé et où il va.

Où il va ? mais c'est à son Père et notre Père, c'est à Lui-même qu'il va puisqu'il va à Dieu et qu'il est Dieu. "Ne croyez-vous pas que je suis dans le Père ? disait-il à ses disciples, et encore "Celui qui m’a vu a vu aussi le Père" puis il ajoute : "Et là où je vais vous en savez le chemin", pour nous indiquer qu'il est tout ensemble le but et le moyen car il s'empresse de dire : "Je suis la voie".

Ah ! oui, Jésus est bien tout pour nous c'est à lui que nous allons, c'est lui qui est notre route... Mais s'il est notre route comment pourrions-nous espérer l'atteindre, arriver là où il est, sans passer par son chemin ?... Et son chemin, Il est tout entier peint sur sa Face...

O ma Léonie, quand je regarde cette Face adorable je comprends tout il me semble et rien n'est plus caché à l'œil de mon âme.

Je comprends qu'il nous laisse dans l'exil pour souffrir et aimer dans les ténèbres plutôt que de nous appeler au ciel pour aimer dans la lumière. Ce matin dans les psaumes de l'office ce verset m'a frappée : "Le juste sera semblable à un arbre planté sur le courant des eaux, qui portera son fruit en son temps", et j'ai pensé qu'il ne fallait pas se désoler quand nous voyons que l'exil se prolonge au delà de nos prévisions puisque nous sommes plantés sur le bord des eaux de l'amour, tellement au bord que nos racines plongent dans l'Amour y puisant leur sève et leur vie. Si donc le bon Dieu ne nous prend pas, c'est que le temps n'est pas venu que notre fruit soit mûr. Cela ne veut pas dire que nous sommes trop imparfaits pour mourir, mais chaque plante produisant un fruit selon son espèce dans une saison différente, cela veut dire que la seule volonté du bon Dieu nous retient ici-bas. En effet, pour les petites victimes de l’Amour Miséricordieux, Jésus les rendra parfaites au moment de leur mort, alors pourquoi attendraient-elles ce moment bienheureux sinon parce que le moment de donner leur fruit n'est pas venu.

Petite sœur chérie, je te dis cela parce que le bon Jésus a été obligé de bien me consoler pour me faire accepter de rester encore ici-bas. Tu sais que nous avons été toutes malades de l'influenza, pour moi j'ai eu une congestion pulmonaire double, mais les bons soins ont si bien conjuré le mal qu'on n'a pas été inquiet pour ma vie, j'avais cependant un billet de 1ère classe pour m'en aller au dire de Francis. Aussi je t'avoue que j'espérais un peu le ciel, puis tout s'est évanoui et il m'a fallu reprendre la vie ici-bas. Avoir vu que je tenais pour la 1ère fois un excellent billet et que j'avais manqué le train n'a pas été une petite épreuve...Mais puisque Jésus veut que je vais tâcher d'employer ma vie à l'aimer et à lui gagner des âmes et à mettre ma joie à souffrir, comme cela je ne serai pas attrapée.

J'aurais bien des choses à te dire, petite sœur chérie, mais j'étais plus portée à te parler intimement aujourd'hui.

Pardonne-moi de ne pas t'avoir intéressée par des nouvelles, j'espère que Sr. M. du S.C. va te parler des Buissonnets habités par Mme Hassebroucq, lesquels vont devenir un petit bijou. Cette incomparable amie a acheté la maison d'Alençon. Mgr en est bien content et désirait beaucoup qu’on rentre en possession des maisons habitées par Thérèse.

Figure-toi que Mme Leriche va venir nous voir avec "la Berthe" mère de trois jeunes filles. Les voilà qui vont se dénicher maintenant elles qui avaient honte de notre piété autrefois.

Je t'embrasse petite sœur chérie

Céline, Sr Geneviève de Ste Thérèse

r.c.i.