Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 26 décembre 1910

Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

+ Jésus 26 Décembre 1910

Ma petite Léonie chérie,

Je ne t'ai pas écrit depuis ta déposition, si tu savais comme j'ai pensé à toi, prié pour toi... Nous voilà toutes les quatre quittes et nous pourrions croire que notre tâche est remplie et qu'il ne nous reste plus qu'â nous envoler si la souffrance n'était pas nécessaire pour mériter la réussite à notre belle œuvre. Le diable en enrage et il nous le montre de mille manières.

A propos du diable, le P. Flamérion S.J. dont je t'ai déjà parlé je crois et qui est exorciste en remplacement du P. de Haza nous a écrit une lettre fort intéressante et dont quelques détails m'ont fait un tel bien qu'ils marqueront dans l'Histoire de mon âme, aussi je veux t'en faire part.

Le démon avait exalté l'abandon : "Tout en votre nature repousse la lumière, dit-il, mais si vous vous abandonnez, vous avez la lumière !"

Et parlant en même temps de l'humilité, il dit : "Tu ne dois être rien, rien !! Si tu t'anéantis tu ne craindras pas l'illusion... le Christ lui-même donne ce qu'il demande : en donnant l'Amour il donne la vérité".
Et comme l'exorciste lui demandait comment il devait comprendre l'Amour :
"Par ma haine !" reprit le démon.
-Sans doute, mais encore ?
"Par la haine de so i!
Qu'est-ce donc que cette haine de soi ? "L'anéantissement !..."
-Oui ceci est la destruction, mais le positif ? "Ah ! le positif il ne vient pas de toi ! C'est le Christ qui vient alors en toi, qui vit en toi, qui vibre en toi !"
Parlant alors de Thérèse, le démon dit :
"Ah ! elle était arrivée à la suprême imbécillité !"
- Qu'entends-tu par cette suprême imbécillité ?
"C'est qu'elle était petite !"
Le même jour d'une autre possédée ; le démon fut mis en demeure de dire encore ce que c'était à son avis d'être imbécile
"C'est aimer la Croix, être pour la Croix !
-dis-moi qu'est-ce qu'aimer la Croix ?
"C'est s'oublier soi-même, c'est vivre d'humiliation, c'est s'anéantir, être petit, n'être rien !"

Voilà ma petite sœur chérie, mon bouquet de nouvel an je médite et remédite sans cesse ces paroles qui sont si bien la doctrine de Thérèse. (Tout ceci est entre nous, ce sont des confidences que le Père nous fait).

Que j'aurais de choses à te dire, mais lis dans mon coeur tout ce que Jésus y a mis pour toi... c'est une tendresse inexprimable

Ta petite Céline

Sr Geneviève de Ste Thérèse

r.c.i. 

C'est un morceau de robe et un morceau de tunique que tu as dans ton écrin parce que c'était le plus précieux ayant touché les os...

de la main de Marie du S.Cœur :

A propos de l'écrin je le trouvais si joli que je ne pouvais me lasser de le regarder, alors je me suis dit : Voyons et si c'était un joli petit morceau de bois verni, un clou neuf sortant de chez le marchand, aussitôt j'ai pensé que ce serait bien laid et que l’écrin aurait perdu son cachet artistique. Alors cet ouvrage tel que je l'avais fait m'a fait penser à ce que le bon Dieu ferait pour nos âmes pécheresses, défigurées par le péché. Sa bonté semblable aux anneaux d'or, sa miséricorde nous enveloppera de telle sorte que nos stigmates seront en valeur oui le plus grand pêcheur de la terre qui sera rentré en grâce avec le bon Dieu par l'humilité, verra ses fautes servir à sa gloire à lui-même en même temps qu'elles feront ressortir celles du Seigneur, sans doute le bon Dieu est libre d’effacer toute une vie de péchés mais pour ma part, je préfère garder mon stock puisque je l'ai, je le garde ! l’opposition de l'or et du diamant avec le bois pourri, le clou rouillé et les vêtements effrités, cette opposition est trop belle pour que j'y renonce. Ah ! ma Léonie que ce sera beau le ciel ! et que tout est déjà beau sur la terre pour l'humble de coeur qui voit toutes choses tourner à son bien ! L'autre jour quand j'ai senti cela si vivement je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer...

Mes meilleurs vœux à tes bonnes Mères que j'embrasse de tout mon coeur.