Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 7 août 1910

Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

+ Jésus                                        7 Août 1910

Ma Léonie bien aimée,

Mon coeur est déchiré par la douloureuse perspective que tu nous fais entrevoir, oh ! oui déchiré... c'est un dard à chaque fois que j'y pense et j'y pense bien souvent...

Cependant ce n'est pas moi qui te retiendrai sur la terre, une fois que la mort sera passée je serai plus contente de te savoir abordée au rivage, qu'en lutte sur la mer orageuse de ce pauvre monde. Je voudrais qu'on soit toutes rendues dans la patrie et j'envie le sort de celle qui sera choisie pour partir la première.

Selon les apparences, c'est toi qui semble appelée, ô ma Léonie que tu es heureuse ! mais tu l'as bien mérité et je trouve que c'est à toi d'avoir le pas sur nous, puis tu n'auras pas de peine de notre mort, nous appréhendions toujours d'être malades parce que nous savions qu'avec ton coeur si délicat tu t'en affligeais trop. Tout ce que le bon Dieu fait est bien fait.

Si tu pars avant moi oh! tu ne m'oublieras pas là-haut? ... dis, tu viendras me chercher bien vite, tu sais que j'ai été ta petite compagne d'infortune c'est un titre à ton affection et à tes préférences...

Je garde ta lettre comme un trésor ainsi que les petites fleurs que tu m'as envoyées pour ma fête... tu comprends si elle a été triste cette année.

Ma petite sœur mille fois chérie, soigne-toi bien consciencieusement, car il ne faut pas que ce soit de notre faute quand on ne se guérit pas, mais cependant ne te martyrise pas, j'estime qu'il vaut mieux mourir un mois plus tôt que de se prolonger à force de se faire souffrir par des remèdes cruels. C'est mon bon coeur qui te dis cela, tes bonnes Mères sauront te guider.

O ma sœur chérie, je t'aime au delà de ce que je puis dire !...

Je t'embrasse de toutes mes forces

Ta petite sœur bien affligée

Geneviève de Ste Thérèse

r.c.i. 

Cette année il n'a pas fait trop chaud, aussi je n'ai pas souffert du talon.

Je suis bien heureuse que tu sois Victime d'Amour parce qu'avec ce passeport-là on va droit au Ciel, et puis quelle gloire pour toute l'éternité, gloire qu'on n’aurait pas soi-même et qu'on ne rendrait pas à Jésus sans cela. Il montre bien combien cela lui plaît en glorifiant si magnifiquement sa Thérèse et la nôtre...

Je t'embrasse encore.

P.S .- de la main de Sœur Marie du Sacré Coeur :

Nous pensons bien donner plus tard le portrait de Mère M.Ange dans la Circulaire, mais il faut que Sr Geneviève le fasse parce que nous ne l'avons qu'en groupe. Celle que je t'envoie c'est bien elle, sauf la figure bouffie qu'elle n'avait pas. C'est la maladie qui l'a fait prendre de l'embonpoint ; au début elle était devenue énorme.

Quant à "petite Mère" elle a été manquée et la tête que tu vois a été prise sur une autre photographie et adaptée sur ce cliché. Notre mère chérie est heureuse de te faire cette petite surprise car elle pense que tu vas être contente de les voir toutes deux chère petite sœur, nous t'aimons tant qu'on voudrait te procurer toutes les joies.

Sr Marie du Sacré Coeur.