Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 23 juillet 1910

Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

+ Jésus                             23 Juillet 1910

Ma Léonie chérie,

Et que nous dit donc Jeanne ? Que tu es malade, que tu viens d'avoir une petite bronchite comme l'année dernière. Ne t'avise pas de partir avant nous pour le rendez-vous des Cieux. Tu sais bien que je serais jalouse, car c'est mon tour, chez nous ce sont les plus petits qui passent avant les grands, ainsi c'est moi qui suis la plus jeune, c'est moi qui suis la moins raisonnable, ma place est tout de suite indiquée et je ne te permets pas de la prendre.

Petite sœur chérie, guéris-toi bien vite, car je ne puis envisager te voir malade seulement un petit peu, notre coeur s'est grossi aussitôt qu'on nous a dit cela, on t'aime tant Léonie chérie, oh ! si tu savais quelle place tu as dans mon coeur, une place que personne ne pourra jamais prendre fut-il le plus grand potentat du Ciel !

Sœur bien aimée, ce n'est pas l'heure de mourir nous vivons dans une époque trop fortunée, écoute ce que je vais te raconter. A cause de Thérèse nous sommes en relation avec de grands personnages. Tout à l'heure nous avons ici le grand exorciste de France un Jésuite successeur du R.P. de Haza dans cette charge importante. Il nous a parlé d'un exorcisme fait le jeudi Saint où le démon a été forcé, par la Ste Vierge, de lui révéler ce qui suit.

"Oh ! comme elle me brûle ta Vierge, dit-il et comme le Coeur du Christ est béant !" "Oh ! si tu pouvais voir !... tu ne comprends pas! Il s'ouvre démesurément pour les hommes et il ne leur demande plus que de croire en sa puissance et en sa miséricorde. Je sens vois-tu, qu'il veut déborder et qu'il va de nouveau se rendre insensé. Voilà qu'il veut les transformer ceux qu'il aime et il leur demande de se laisser faire..."

Ces paroles sont textuelles, je les ai prises pendant qu'il nous lisait ce passage sur son cahier que des secrétaires transcrivent pendant l'exorcisme même. Est-ce joli ? et comme cela concorde bien avec l'apparition de Notre Seigneur à la Visitandine de Paris. C'est merveilleux ce qu'on voit tout de suite, le bon Dieu va se faire beaucoup de saints et sauver le monde.

Ces détails nous sont donnés discrètement comme à des amis il ne faudrait pas qu'ils sortent des murs de votre monastère.

Notre Mère a défendu ici que les sœurs en parlent dans leurs lettres.

O ma petite Léonie, tu vois s'il ne fait pas bon vivre pour être les heureuses privilégiées de tant de grâces! Oh ! comme je voudrais en profiter de ces grâces !. Prie pour moi, petite sœur chérie, de mon côté je pense tant à toi !

Je t'embrasse comme je t'aime

Ta petite sœur Geneviève de Ste Thérèse

r.c.i. 

Embrasse pour moi tes bonnes Mères.