Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 20 juillet 1909

Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

+ Jésus 20 Juillet 1909

Ma petite sœur chérie,

Je ne veux pas laisser partir les tourières sans te mettre un petit mot. Oh ! si tu savais combien nous sommes heureuses du miracle arrivé chez vous. Depuis huit jours que Francis (1) nous l'a annoncé, nous grillions d'envie de recevoir des nouvelles plus détaillées, de vraies nouvelles sortant du coeur de notre petite sœur chérie. Et nous les avons reçues et lues en communauté. Oh ! combien nous sommes heureuses, c'est une de nos belles guérisons, de nos plus belles même, à cause de son instantanéité. Je voudrais bien que le bon Dieu en fit autant pour nous. Notre chère Mère est de plus en plus malade et sans un miracle nous n'allons pas la posséder longtemps. Hélas, quelle perte nous allons faire!... Je ne pourrais pas te dire ce qu'elle était bonne et dévouée, comme elle avait pris la cause à coeur, elle comptait bien se dépenser pour Thérèse et la voilà qui va mourir laissant cette pauvre petite Mère bien seule et bien surchargée. C'est une année de bonheur qu'elle avait eue ("petite Mère") après ses cruelles épreuves et les grosses difficultés qu'elle a eues à supporter du temps de, tu sais qui (2) Pauvre petite Mère ! je n'ose pas penser à l'avenir en la regardant, car c'est sur elle que tout retombe. Toi qui as tant de foi, demande donc avec ferveur sa guérison. L'autre jour à la fin d'une neuvaine on a voulu t'imiter et nous avons toutes veillé une partie de la nuit devant le St Sacrement, mais nous n'avons rien obtenu ! Oh ! nous nous gardons bien de murmurer et nous baisons la main du bon Dieu au milieu de cette épreuve sans comprendre toutefois ses desseins car tout semble brouillé dans nos affaires qui étaient si bien arrangées. Mais sur la terre il faut toujours qu'on ait de la misère sans cela ça n'irait pas bien !

Je t'embrasse ma Léonie chérie et je suis bien contente que ce soit toi que Thérèse ait exaucée, tu mérites bien être gâtée !... Je t'embrasse de tout mon coeur ainsi que tes bonnes Mères

Ta petite Céline

Geneviève de Ste Thérèse

r.c.i.

(I) Francis et Jeanne sont revenus de Caen enthousiasmés

(2) Mère Marie de Gonzague.

P.S. de Sœur Marie du Sacré Coeur :

Que ta lettre m'a fait plaisir, petite sœur chérie ! Mais je ne puis t'écrire aujourd’hui, ayant passé mon temps à te copier une lettre de grâces que tu n'aurais pas lue sans moi.

Et ta bonne Mère !... sa lettre m'a touchée qu'elle est donc bonne ! Que tu es heureuse petite sœur. Que le bon Dieu te garde longtemps tes Mères bien aimées.

Ta petite Marie du S.Cœur r.c.ind. 

L'image où est la plus grosse relique est pour la petite sœur qui a été guérie.