Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 9 juillet 1908

Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

+Jésus     J.M.J.T.                   9 Juillet 1908

Ma petite sœur chérie,

Je ne sais comment te dire combien je suis touchée du beau cadeau que me fait ta si bonne Mère, aide-moi je t'en prie à la remercier. Mais comme ni l'une ni l'autre ne pourrions le faire comme il convient, je charge mon Jésus de le faire pour moi, petite Thérèse aussi ne refusera pas d'intercéder afin d'attirer une foule de grâces sur celle qui est si bonne et nous témoigne en toute rencontre une délicatesse toute maternelle. Je t'assure ma petite sœur, qu'ici nous sommes toutes vivement touchées de ses bontés pour nous.

Nous te faisons envoyer par l'imprimerie St Paul 2 volumes des "Poésies" de Thérèse et 2 volumes des "Pensées". Ce sont deux nouvelles publications que nous venons de recevoir, tu voudras bien en offrir une de chaque sorte à ta bonne Mère, nous te les adressons pour te donner ce plaisir. Lis la préface des Poésies, elle est d'un grand auteur, un érudit très renommé. Celle des Pensées est du Rme P. Abbé de la Trappe, un bon saint que nous aimons bien. C'est notre Mère qui a arrangé et classé le livre des Pensées pendant qu'elle était malade l'été dernier. Dans le livre des Poésies tu trouveras une nouvelle image "Ste Agnès", c'est une tête de Ste Vierge d'un de mes tableaux : "l'Annonciation" que j'ai convertie en Ste Agnès en lui mettant une couronne de roses. Elle a davantage en effet les traits d'une petite sainte que de la Mère de Jésus qui demande une figure plus "reine".

A propos d'expression de tête je vais te répondre au sujet du Sacré Coeur que nous avons reçu, nouveau bienfait de ton excellente Mère que nous aimons tant. Lorsque Sr Marie du S.C. t'a écrit, nous ne l'avions pas encore. Mais tu sais, ma pauvre petite Léonie, que c'est dangereux de me demander ce que j'en pense parce que si, par hasard, il te plaisait, mes critiques pourraient t'en assombrir les charmes. et c'est délicat à moi de répondre, le cadeau nous venant de la Visitation. Mais puisque tu me le demandes je vais être très franche. Peut-être vas-tu trouver qu'il y a du parti-pris, je t'assure que non, car j'ai un grand désir de trouver un jour un S.C. à mon goût.

Pour celui-là, quelque miraculeux qu'il soit, il ne comble point mon idéal. Le coloris est très riche, très séduisant, c'est à peu près tous ses attraits. Moi, je me représente mon Jésus avec un Visage majestueux (voir la description du Fils de l'Homme dans l'Apocalypse) empreint d'une fierté toute divine tempérée par une tendresse divine aussi et très intelligent. Celui de la petite bergère polonaise a l'air d'un pauvre mouton qui attend une grêlée de coups. Au point de vue artistique il a une pose guindée dans les bras. Je ne mets point en doute la vision, mais elle n'a pour moi aucune valeur dès l'instant qu'elle ne me donne pas le portrait que je rêve, et j'en ai l'espoir quand je verrai mon Jésus, à la sortie de ce monde, je le verrai tel qu'il s'est gravé dans mon âme et point comme sur cette image.

Pardon, ma Léonie, cette gravure venant de chez vous, ma critique brutale va te faire de la peine, nous en avons entendu parler par ailleurs un saint curé (de Chicheboville)  qui en est enthousiasmé et la répand partout, il nous l'a envoyée et c'est la sienne que je te critique, pas la tienne car elle est à mes yeux revêtue de tant de charmes venant du lieu béni de la Visitation qu'elle est belle pour mon coeur. Jusqu'ici, à toutes les images du S.C. que je rencontre : statues et gravures, il s'échappe une plainte de mon coeur : pardon mon Jésus  ! pardon  ! tant je trouve qu'on ne le comprend pas. Mais tu sais ne te chagrine pas, cette reproduction est bien suffisante pour séduire les foules, c'est le principal, donc elle fera le bien pour lequel Dieu l'a envoyée.

Je joins à cette lettre deux petits billets que nous a envoyés le P. Pichon, il a réussi à faire indulgencier par le Pape sa chère prière de 300 j. d'indulgence

A propos de portraits (le dernier de nous 3) je voulais te dire que je ne partage pas tout à fait ton avis, le réalisme pur n'est pas toujours ce qu'il y a de mieux et de plus ressemblant, la preuve c'est que pour obtenir l'épreuve que nous t'avons envoyée, nous avons dû tirer plusieurs clichés "des horreurs", pourtant c'était bien nous qui avions posé. Le portrait des 6 par exemple nous représentant à l'âge d'homme est le plus vrai, aussi bien la Ste Vierge on ne la représente jamais vieille ni St Jean non plus. Du moment qu'on reconnaît cela suffit ; eh bien on met parfaitement le nom sur nos figures, le P. Pichon par exemple nous a toutes reconnues ainsi que Ninette et un religieux portugais à qui nous avions envoyé trois petites têtes de nous (coupées dans des groupes) il a mis aussi nos noms sur toutes nos têtes ; je trouve que c'est la meilleure preuve de ressemblance. Nous avons (du portrait des 6) une belle épreuve 13X18, nous te l'enverrons à l'occasion.

Je t'embrasse ma petite sœur bien-aimée de mes 10000 forces.

Ta Céline

Geneviève de Ste Thérèse r.c.i. 

Ne te donne pas la peine de nous remercier pour les volumes, quand tu écriras il sera temps de nous dire si tu les as reçus et s'ils te plaisent. C'est nous qui avons composé les sujets des couvertures dessinés par Jouvenot.