Imprimer

Sr Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse - 3 septembre 1922

Sœur Marie du Sacré Cœur à Sr Françoise Thérèse                                            

+ Jésus                                                            Carmel de Lisieux le 3 Septembre 1922

 

Ma petite sœur chérie,

Je te remercie d'abord de ta lettre où respire le bonheur d'appartenir au bon Dieu en voyant la joie de ces fêtes de famille remplies de paix céleste. Tu nous as fait grand plaisir, ma petite sœur en nous donnant tous ces détails sur la fête de ta bien aimée Mère, en nous envoyant ce chant plein de suave charité composé pour la circonstance et ce dialogue si charmant entre la Sr Novice et la Sr Professe.

Il faut aussi que je te dise avec quel intérêt j'ai lu la lettre circulaire que tu nous as envoyée il y a déjà quelques semaines. Il est question à un certain passage d'une Mère Marie Thérèse Lambert. Je me suis demandeé si ce n'était pas Melle Lambert que nous avons vue à Lisieux autrefois.

Oui, nous avons reçu la belle et intéressante et édifiante vie de la Mère des Réauts, tu voudras bien remercier pour nous ta si bonne Mère. Je t’aurais écrit par Mme Lecourt mais elle nous a prévenues trop tard de son voyage à Caen.

Notre tritoma est en feuilles, mais non en fleurs ni en boutons, je crois qu'il ne veut pas s'acclimater chez nous. Ce n'est pas comme le jasmin, qui garnit tout le mur derrière l'ermitage du S. Cœur. C'est ravissant.

Sr Geneviève a retouché la figure de l'apothéose que nous ne trouvions pas ressemblante, maintenant elle est très bien, nous te l'enverrons plus tard.

Depuis que notre Sr. J. de l'Eucharistie a pris le bateau nous sommes sans nouvelles, mais elle nous avait écrit plusieurs fois auparavant. Sa famille a été admirable, son bon père l'a embrassée une dernière fois dans la chapelle du Carmel de Lons-le-Saunier, elle paraissait bien émue notre chère sœur en nous racontant ce dernier adieu de son pauvre père. - Nous avons son itinéraire, en ce moment elle traverse la Mer Rouge, où il fait paraît-il une chaleur torride, dans quelques jours je pense nous aurons une lettre car elle s'est arrêtée à Port Saïd en Egypte et a dû nous écrire.

Elle retrouvera exactement la vie du Carmel (Elle arrivera le 30 Septembre) comme en France avec la clôture et les grands voiles ! Les annamites paraît-il goûtent beaucoup la vie cloîtrée ; elles ont des âmes très contemplatives, il y a beaucoup de vocations.- Pour moi, je voudrais pouvoir dire comme notre Thérèse : "Ma vocation, c'est l’amour !" Peu importe que cet amour soit senti ou non pourvu que nous ayons la volonté d'aimer à nos dépens. Bien souvent ce n'est pas en contemplant mais en agissant en travaillant, en souffrant avec patience ses infirmités spirituelles que l'on donne plus d'amour au bon Dieu.

Le petit cadre nous est arrivé sain et sauf, remercie ta bonne Mère, ma chère petite sœur d'avoir bien voulu nous l'envoyer

Adieu, ma petite sœur chérie, je ne vois rien de nouveau à t'apprendre, je t'embrasse bien fort ainsi que tes deux autres petites sœurs qui se joignent à moi pour te dire toute leur tendresse

Ton aînée

Sr M. du S. C.

 r.c.ind.

 Ta bonne marraine est venue il y a quelques jours, elle espère toujours aller te voir un jour mais elle est dans 80ème année et les voyages lui coûtent.