Imprimer

De Céline à Jeanne Guérin - 21 22 (?) janvier 1889

De Céline à Jeanne Guérin. 21 22 (?) janvier 1889

 

Ma chère petite Jeanne,

Tu peux écrire à mon oncle (il est à Evreux) que la journée n'a vraiment pas été mauvaise. Ce matin, même agitation qu'hier, pas de cris, des rires prolongés pendant 1 ou 2 heures, des pleurs, des battements de mains, des conversations comme si j'étais dans sa chambre et qu'il me répondrait à quelque chose. Cette après-midi un calme complet, même un sommeil, il disait que bien sûr je lui avais fait prendre quelque chose pour le faire dormir. Il voulait être seul. Ce sont des cris bruyants et encore (1v°] des conversations seul.

Chère petite Sœur, la Croix est lourde mais Jésus est là. Il l'a portée pour nous, pourquoi ne la porterions-nous pas pour lui?...

N.S. a dit à la Bse M. Marie que la Croix était le plus précieux gage qu'il puisse nous donner de son amour en cette vie.

Saint François Xavier disait : L'Absence de la croix est l'absence de la vie !

Que la terre semble vile à qui la voit des Cieux

Petite sœur chérie, la vie est courte.

... Notre petite barque est en ce moment agitée par une violente tempête, les vagues furieuses la submergent et manquent de l'engloutir [2 r°] mais le cher Pilote Jésus ne la laissera pas sombrer. Bientôt le port... Bientôt la joie, le repos, le bonheur ! ...

Tout de suite ce ne sont pas des perles que nous donnons à Jésus, mais des diamants, des joyaux de toutes sortes. A nous de puiser, la source est intarissable et cette source c'est la souffrance, l'amertume, ce trésor c'est la Croix!

Ta petite sœur qui t'aime

Céline 

Retour à la liste des correspondants