Imprimer

Sr Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse - 10 Septembre 1911

Sœur Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse 10 Septembre 1911

 

Jésus +                                                                Dimanche  10 Septembre 1911

Petite sœur chérie,

Je t'envoie le récit que nous a fait Mme Hassebroucq de la réception du Tribunal aux Buissonnets pendant le séjour de Mgr de Nardo. Tu nous le renverras à l'occasion.

Le procès est donc fini ! quel bonheur ! Mais ne crois pas petite sœur qu'il va être divulgué aux quatre vents du monde. Mgr de Teil nous a dit qu'il en serait fait 3 copies authentiques lesquelles seraient déposées une à Rome, l'autre à Bayeux et enfin au Carmel. Ne pense pas que toutes les Carmélites la liront. Non, cela ne se peut pas pour le moment, plus tard dans 20 ou 30 ans peut-être parce qu'alors plusieurs de celles dont il est question seront parties pour le Ciel. Il faut beaucoup de prudence dans ces choses-là. Sans doute ces Messieurs sont déliés de leur serment ils peuvent parler ensemble du procès, mais comme le dit Mgr de Teil, il y a toujours le secret professionnel à garder et ils n'iront pas révéler les secrets qui leur ont été confiés. Il nous a expliqué qu'une fois le procès rendu à Rome, il sera fait comme un abrégé par un prêtre nommé pour ce travail des principales questions qui devront servir pour la Cause. Cet abrégé sera imprimé (une soixantaine d'exemplaires environ) pour les Cardinaux ou autres personnages ecclésiastiques, mais non pour le public qui n'a rien à voir à cela.

Quant à nous, petite sœur chérie, oui, nous lirons ta déposition avec bonheur puisque nous aurons ici non un abrégé du procès mais le procès entier dans tous ses plus petits détails.

Pour ce que tu demandes au sujet du crucifix, je te l'ai déjà dit. C'est le vrai celui que Thérèse a porté tout le temps de sa vie religieuse, sauf 3 semaines, et qu'elle tenait en mourant, il a reçu aussi les caresses des pétales de roses. Celui que nous avons elle ne l'a porté que quelques semaines après sa prise d'habit, on le lui a enlevé aussitôt, mais comme je voulais le rendre plus précieux pour moi, je le lui ai donné souvent pendant sa maladie et il a reçu aussi les caresses des pétales de roses. C'est là toute la vérité.

(ajout de la main de Mère Agnès : mais comme je voulais le rendre plus précieux pour moi, je le lui ai donné souvent pendant sa maladie et il a reçu aussi les caresses des pétales de roses. Sr Agnès de Jésus)

Nous avons fêté de notre mieux les 50 ans de notre petite Mère au réfectoire nous avions mis une petite table garnie de fleurs et arrangé une sorte de baldaquin blanc au-dessus de sa tête, comme pour le trône de Mgr avec une couronne de roses blanches qui se balançait gracieusement. Nous avions aussi un beau dessert : gâteaux et bonbons donnés par Mme Gréville et par Jeanne. Pauvre petite Mère en la voyant je me disais que bien sûr nous ne fêterions pas ses noces d'or, heureusement nous serons j'espère toutes rendues au port avec elle. Et alors ce sera son époux qui se chargera de la fête... Quelle fête !!

Il ne faut pas non plus que j'oublie de te parler de la fête du 4 Septembre, 3 prises d'habit le même jour. C'était magnifique de voir ces 3 fiancées s'avancer ensemble vers la grille du Chœur pour recevoir le voile des Vierges. C'était la 1ère Sr Marie Thérèse de l'Enfant Jésus (la petite Gréville 15 ans 1/2) une autre de 16 ans un véritable ange Sr Marie de la Ste Famille, et enfin Sr M. Emmanuel 25 ans un sujet d'élite, les 2 dernières sont de Paris. Leurs familles étaient là à toutes trois. Mr Gréville toujours très malade a pu assister à toute la Cérémonie. Il a dit à sa petite fille qu'il n'oublierait jamais ce jour du Ciel, mais que sans doute c'était la dernière fois qu'il la voyait, car il sent qu'il n'en a pas pour bien longtemps. C'est un vrai saint.

Adieu petite sœur je cours vite à Sr St Stanislas qui attend ma visite avec impatience. Je n'ai plus que 5 minutes. Je t'embrasse avec toute la tendresse de mon coeur. Respect bien affectueux à ta bonne Mère

M. du S.Cœur

r.c.i.

Mgr a prêché lui-même et présidé la cérémonie.

Nous n'avons encore rien reçu d'Annecy.

Et nous avions le soir une jolie fête pieuse dont les petites novices ont été les héros.

Nous aussi nous avons senti l'odeur très pénétrante de roses desséchées quand Mgr de Nardo nous a passé son billet céleste.