Imprimer

De Céline à Sœur Agnès - 12 août 1888. Fragment

De Céline à Sœur Agnès. 12 août 1888. Fragment

 

Oh ! il ne faut pas regarder à sa peine, il faut laisser les épines déchirer son cœur... Pourvu que Jésus soit content.

Retour à la liste des correspondants