Imprimer

De Céline à sœur Agnès de Jésus et sœur Marie du Sacré-Cœur - 23 novembre 1887

De Céline à sœur Agnès de Jésus et sœur Marie du Sacré-Cœur.
23 novembre 1887


Mercredi


Mes chères petites sœurs,
Réjouissez-vous! c'est alors que tout semblait perdu et que tout est gagné... Nous sommes allées à
Naples et Pompéi hier et avant--hier avec Mme Bénard (M. et Mme Victor Besnard, de Lisieux).
Pendant ce temps là papa est allé voir le Supérieur des frères (le frère Siméon), lui serrer la main et
le remercier de la réception qu'il lui avait faite il y a deux ans avec Mr l'abbé Marie. Le Frère était
enchanté - Papa lui a parlé à cœur ouvert, il lui a raconté l'audience que nous avions eue Dimanche, les
désirs de Th., sa demande, et toutes les péripéties, les chagrins qu'elle avait éprouvés.
«Il a su aussi que Marie, l'aînée de papa, était entrée au Carmel, il n'en avait jamais vu autant et il
était enthousiasmé de notre famille. Il comprenait très bien cela et lui-même, s'il n'était entré jeune
chez les Frères, il croit qu'il n'y serait pas allé et il remerciait Dieu tous les jours de l'avoir appelé
jeune (il y a 50 ans qu'il est Frère). - Il notait tout ce que papa lui disait de Th. et il se proposait d'en
parler à Mr Révérony. Mais écoutez la fin ; Papa se levait pour sortir, qu'est-ce qu'il voit entrer; « Mr
Révérony ! »..... Jugez de sa surprise et de celle du Frère. Mr Révérony a été charmant avec papa, il
avait l'air de se repentir et il lui a rappelé que le Souverain Pontife lui avait parlé tout particulièrement
à cause qu'il l'avait fait connaître en disant que 2 de ses filles étaient Carmélites. Papa lui a demandé
s'il avait entendu parler de la réponse de Mgr et il a ajouté; « vous savez bien que vous m'aviez promis
de donner un coup d'épaule». Quel bon Père! Puis il lui a raconté les chagrins de Th. à l'audience et
surtout lorsqu'il avait repris que l'affaire était examinée devant les supérieurs, etc. Mr Révérony a été
touché, je crois bien et il commence à croire que la vocation de Th. est extraordinaire; il a même dit; «
Eh bien! j'assisterai à la cérémonie, je m'invite moi-même». Papa lui a dit qu'il serait bien heureux de
l'avoir et toutes sortes de choses aimables se sont échangées. Voilà ce que papa nous a dit ce matin, je
n'ai pas pu y tenir et je vous écris tout de suite. Pour vous montrer la promptitude avec laquelle je vous
écris cela, j'ai à peine attendu que papa ait fini et dans le bureau même de l'hôtel j'ai saisi un papier et
une plume et me voilà!....
Etes-vous contentes, mes petites sœurs chéries? peut-être bien qu'avant cette lettre vous avez quelques
rayons d'espoir, peut-être savez-vous plus de bonnes nouvelles que nous encore. - Je crois bien que
nous avions fait pitié à Mr Révérony. Th. était si gentille aux pieds du S.P. elle était agenouillée à ses
pieds, ses mains jointes sur les genoux du Pape et ses yeux étaient si suppliants! c'était beau à la voir
ainsi et moi qui suivais toute en larmes, demandant une bénédiction pour le Carmel, cette scène était
touchante, je vous assure.
Elle a peut être influencé Mr Révérony. Enfin tout va bien, quel bonheur! Je crois que les épreuves
sont à peu près passées....
Au revoir, mes chéries, il faut que nous allions dîner.
Votre petite Céline
Pise - hôtel de la Minerve
Nice - Beau Rivage
Marseille - Gd hôtel de Marseille,
vous savez les dates.

Retour à la liste des correspondants