Imprimer

De Céline à Vital Romet - Fin décembre 1884.

De Céline à Vital Romet. Fin décembre 1884.

 

Mon cher Parrain,

Je serais bien heureuse si je pouvais être en ce moment à Alençon pour vous souhaiter de vive voix une bonne Année. Puisque cela est impossible, il faut que je me contente de confier tous mes souhaits à ma pauvre petite plume qui, hélas ! ne remplacera que trop imparfaite­ment [l v°] la réalité. En bonne interprète, elle va cependant s'efforcer de vous témoigner de son mieux les souhaits que je vous envoie. De ma part, elle vous dit donc: Bonne Année !... pour vous et pour toute votre famille ; vous savez, n'est ce pas, cher Parrain, que ce mot comprend bien des choses ?

Vous nous aviez promis de venir au mois de Septembre ; Made­moiselle Pauline seule est venue, j'ai été bien heureuse de la voir ; mais je m'attendais à vous voir aussi, je me suis figuré que vous aviez remis votre voyage à l'année [2 r°] prochaine. J'espère ne pas me tromper et que votre visite sera doublement longue puisqu'elle a été retardée.

Veuillez agréer, cher Parrain, avec mes voeux bien sincères l'assurance de ma respectueuse affection.

Je n'oublie pas Mademoiselle Pauline que j'aime de tout mon coeur et à qui je souhaite aussi une bonne année.

Votre petite filleule respectueuse

Céline Martin.

Retour à la liste des correspondants