Imprimer

De Céline à Vital Romet - 31 décembre 1887.

De Céline à Vital Romet. 31 décembre 1887.

 

31 Décembre 1887.

              Mon cher Parrain,

Votre petite filleule quoique loin de vous ne vous oublie pas et son cœur vous envoie ses vœux et ses souhaits. Quels vœux ! Quels souhaits ! ah ! cher Parrain, je n'ai pas besoin de les détailler et d'en former des phrases banales, non, ces [1v°] formules ne vont pas au cœur, mais il en est d'autres qui dans leur simplicité en disent plus long que toutes celles-là

Bonne Année ! cher Parrain pour vous et mademoiselle Pauline que j'aime beaucoup. Qu'elle soit remplie de joies et que le bon Dieu vous bénisse tous les jours.

Vous avez appris, cher Parrain, notre heureux voyage, beau et agréable sous tous les rapports. Un temps magnifique et une température [2 r°] douce nous facilitaient les moyens de jouir de ce charmant pays. Quelles richesses jetées à profusion ! Le sol que l'on foule est de marbre précieux, à chaque pas on découvre de nouvelles merveilles. Je trouve que quiconque n'a pas été dans ce pays ne peut s'en faire une idée. J'aimais aussi beaucoup la Suisse, cette contrée si pittoresque sillonnée de montagnes, de vallées, de gorges profondes, de cascades, de [2 v°] ruisseaux aux couleurs charmantes. La Suisse m'a ravie. Venise dans son originalité plaît au voyageur mais son séjour est un peu triste. Milan, Padoue, Florence, Bologne, Lorette, Assise, Pompéi, Naples, toutes ces villes sont jolies mais Rome est la reine, intéressante par ses souvenirs païens mais plus encore par les chrétiens!

Mon cher Parrain, comme on en dirait long sur ce magnifique voyage, mais malheureusement il faut s'arrêter !

Je le fais, cher Parrain, mais pas sans vous envoyer de nouveau ainsi qu'à mademoiselle Pauline tous mes vœux.

Votre petite fille respectueuse

Céline M.

Retour à la liste des correspondants