Imprimer

De Céline à Thérèse - 19 août 1894

 

De Céline à Thérèse.
19 août 1894
Ma chère petite Thérèse,
Je ne vais pas t'en écrire long, car Marie va donner une foule de détails qu'elle sait du reste mieux
que moi, je veux seulement te dire toute la peine que me cause cette guerre qui mine en dessous.
Jeanne et Francis sont acharnés contre moi, ils tiennent un langage plein d'amertume. Ils me
reprochent un tas de choses et quand Marie leur a rivé leur clou sur un point ils retrouvent un autre
grief. D'abord ils disent que je n'ai pas la vocation, que j'étais destinée à être mère de famille, qu'il
fallait que je parle plus tôt de cet attrait pour la vie religieuse, que je suis une tête folle de me décider
si vite, que si on me présentait un bon parti je saurais bien le prendre, que c'est un coup de tête, par
désespoir de cause que j'entre au couvent, etc.; après, c'est sur vous, vous êtes des accapareuses et
vous et moi baissons dans leur estime, etc.; après, c'est parce que je suis une ingrate, partir si vite
après la mort de Papa ! j'aurais dû finir mon deuil dans le monde, y mûrir ma vocation et donner au
moins un an à mon oncle et à ma Tante par reconnaissance, etc., etc. Cela n'en finit pas ... et je ne
pourrais te dire comme ils sont montés. Jamais je n'aurais cru que ma vocation à moi si éprouvée déjà
aurait trouvé tant de courroux, j'ai 25 ans, je sais ce que je fais et on doit savoir que jamais je n'ai
paru pencher pour le mariage ; on aurait dû deviner qu'aussitôt après le départ de notre Père chéri,
mon premier soin était de me caser, et non pas me le reprocher. Enfin ! puisque c'est comme cela ! Et
on est impitoyable pour les âmes qui se consacrent à Dieu, il semble que tout leur est dû en mépris et
en douleurs, c'est ainsi que Jeanne aurait mieux aimé me voir aller à Jérusalem qu'à Lisieux.
Thérèse ! sais-tu ce que je pense ? C'est que déjà je suis fille de St Jean de la Croix et de Ste Thérèse
puisque mon sort est de « souffrir et d'être méprisée » ... La gloire qui environne toute démarche
semblable de la part d'une jeune fille m'est refusée à moi. Mais je regarde cela comme une grâce et
un gage de prédilection.
Mon oncle est admirable, il me choie, me caresse et on voit bien qu'il a le cœur brisé. Francis et Jeanne
se gardent bien de tenir leurs propos devant lui.
J'ai réfléchi que, la semaine du 14, Mr le curé de St Jacques serait peut- être en retraite ; si vous
pouviez le prévenir de la date que j'ai choisie de façon à ce qu'il parte la 1re semaine, la semaine du 3.
J'aurais bien du chagrin s'il me fallait renoncer au 14e. Tous les jours je vois ma Léonie ... - Tous les
jours je vais à la mer. Hier nous avons pêché des crabes, je n'en voyais pas un seul, j'ai prié Papa et ils
ont abondé ; une vraie pêche miraculeuse, plus de 100 et c'était moi qui en voyais le plus ... Si tu peux

m'écrire un mot je serai ravie, mais nous revenons mercredi soir, écris-moi donc tout de suite ... faut-
il me faire photographier?

Retour à la liste des correspondants