Imprimer

De sœur Geneviève à Mme La Néele. 12 juillet ? 1897.

 

Ma chère petite Jeanne,

Ta lettre m'a bien touchée ; toi, tu comprends tout ce que mon cœur doit souffrir... Il est vrai que nos aînées peuvent se dire leur mère, mais nous deux, les deux petites, nous ne formions qu'un, nous ne nous étions jamais quittées, nos âmes, nos cœurs battaient à l'unisson. Le bon Dieu va la retirer de l'exil, est-ce moi qui la lui disputerai ! Oh ! non... Notre cher petit Ange nous répète souvent les paroles de Notre Seigneur : « Il vous est utile que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas le Consolateur ne viendra pas, mais si je m'en vais je vous l'enver­rai... » Elle me dit encore : « Vous vous rappelez bien les deux petits oiseaux bleus que je vous avais achetés au Havre, jamais ils n'avaient chanté ; aussitôt que le premier est mort, l'autre s'est mis à gazouiller, il a chanté son plus doux chant puis il est mort aussi... » Aussitôt que ma Thérèse chérie se sera envolée, moi je m'efforcerai d'offrir au Seigneur un chant que je n'ai point encore chanté, l'amertume de la douleur me donnera une voix nouvelle.

Mais je m'arrête, je ne pourrais en dire davantage, j'ai tant de chagrin ! C'est ma petite compagne, ma sœur chérie, mon amie, ma chère petite moitié qui s'en va. Je ne puis approfondir tout ce qui va se passer, il se fait le vide dans mon esprit, c'est là le coup le plus sensible qui pouvait m'atteindre; peut-être ce sera le dernier ! Les nouvelles sont toujours les mêmes, pas de pires. Mr de Cornière dit que la situation est toujours très grave et très tendue, mais qu'il n'y aurait de danger de mort que dans le cas d'un accident ; autrement elle peut aller encore quelques semaines. C'est un Ange, je crois qu'il n'y a pas encore eu d'âme pareille, que de choses on pourrait vous dire !

Aurevoir petite sœur chérie, j'embrasse tous mes chers parents, ma pauvre Léonie en particulier.

Ta petite sœur Geneviève de Ste Thérèse r.c.i.

Mère Agnès n'écrit pas aujourd'hui parce qu'elle est encore en retraite, elle remercie beaucoup ma tante de sa belle lettre.

Retour à la liste des correspondants