Imprimer

Cérémonie de prise de voile

 

 

Cérémonie de prise de voile à l'usage des religieuses carmélites déchaussées

de l'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel.

S. LAURENT-sur-SÈVRE L.-J. BITON, LIBRAIRE-EDITEUR. 1893 – édition du texte du Cérémonial de 1888.

 

Ornementation de la Chapelle.

Aux Prises de Voile, on pare l'Autel de blanc, à moins que cette cérémonie ne se fasse, un dimanche, ou qu'une fête double, ou la Messe votive que l'on dit, n'exige une autre couleur.

On ne donne le Voile aux nouvelles Professes que le ma­tin. Pendant la Messe, on met le Voile sur l'Autel, du côté de l'Épître, dans un bassin d'argent; et sur la crédence un bénitier et l'aspersoir.

 

Ornementation et organisation du Chœur.

On prépare au milieu du Chœur un tapis de grosse serge.

Auprès de la grille, un peu à l'écart, deux chandeliers des­tinés à recevoir les cierges de la Prieure et de la Professe, lorsqu'elles devront les quitter.

On allume quatre cierges de cire blanche sur l'Autel du Chœur, et on tient prêts le bénitier et l'aspersoir.

Pendant toute la cérémonie les rideaux et les châssis de la grille sont ouverts, ainsi que les barreaux de bois ; les volets des fenêtres le sont également, même pendant le Sermon. Les Sœurs ne s'inclinent à aucune Oraison; mais elles le font, comme de coutume, aux Pater et aux Gloria Patri. Elles ne sont tournées en chœur que pendant les Hymnes, les Psaumes, les Antiennes, les Répons, et lorsqu'elles sont assises ou pro­fondément inclinées.

 

De l'entrée au Chœur.

Tout étant disposé pour la Cérémonie, les Sœurs, revêtues de leurs manteaux, de leurs grands voiles baissés, et tenant des cierges allumés, s'assemblent à l'Avant-Chœur, pour entrer au Chœur dans le même ordre qu'à la Vêture. Au signal donné, les deux premières Chantres entonnent l'hy­mne Veni Creator, que les Religieuses poursuivent, étant à genoux. Après la première strophe elles se lèvent, et entrent processionnellement au Chœur.

Les Sœurs qui portent les chandeliers passent chacune par la porte de son côté, précédant la Croix dont elles se rapprochent promptement.

La Porte-Croix et ses compagnes se placent au bout du tapis qui est au milieu du Chœur ; elles ne font aucune in­clination, mais s'arrêtent l'espace d'un Gloria Patri; alors s'il y a une porte au bas du Chœur, elles sortent pour aller déposer à l'Avant-Chœur la Croix et les chandeliers ; sinon, elles se rangent au coin du Chœur, entre les stalles et la grille, et ne sortent qu'après les Versets et l'Oraison Deus, qui corda. De toute façon, elles reviennent chacune par la porte de son côté avec des cierges allumés, et se placent à leurs stalles.

Les autres Religieuses, en arrivant au Chœur, font près du tapis la génuflexion au Saint-Sacrement, se mettent aux stalles, les anciennes plus près de la grille, et se tiennent debout, tournées en chœur. La Prieure, ou toute autre qui conduit une nouvelle Professe, fait la génuflexion avec elle, l'accompagne jusqu'auprès de la grille où elle la fait met­tre à genoux, et revient à sa place.

Toutes les Sœurs continuent le chant de l'Hymne pendant qu'elles prennent leurs places.

 

Hymne.

Venez, Esprit créateur, visitez les âmes de ceux qui sont à vous, et remplissez de votre grâce céleste les cœurs que vous avez formés. Vous qui êtes notre consolateur, le don du Dieu très haut, la sour­ce de la vie, le feu sa­cré de la charité et l'onction spirituelle. Vous dont les sept dons sanctifient les âmes, Vous, le doigt de Dieu, l'objet par excel­lence de la promesse du Père, Vous qui met­tez sur des lèvres mor­telles les trésors de vo­tre parole. Éclairez-nous de vo­tre divine lumière, ver­sez votre amour dans nos cœurs, et fortifiez sans cesse notre chair infirme et défaillante. Repoussez bien loin notre ennemi, hâtez- vous de nous donner une paix durable, so­yez vous-même le gui­de qui nous préserve de tout écueil. Apprenez-nous à con­naître le Père, que par vous nous connaissi­ons aussi le Fils : et vous, Esprit du Père et du Fils, soyez à ja­mais, l'objet de notre foi. Gloire soit au Père, au Fils, et au divin Paraclet; que le Fils nous envoie la grâce du Saint-Esprit.

Ainsi soit-il.

 

L'Hymne terminée, le Prêtre à l'Autel, revêtu des orne­ments sacerdotaux pour offrir le Saint-Sacrifice, dit les Ver­sets et l'Oraison :

v/. Envoyez votre Esprit, Seigneur, et tout sera créé

r/ Et vous renouvèlerez la face de la terre.

v/ Sauvez votre ser­vante.

r/ Elle qui espère en vous, ô mon Dieu !

v/. Seigneur, exaucez ma prière.

r/. Et que mes cris s'élèvent jusqu'à vous.

v/. Le Seigneur soit avec vous.

r/. Et avec votre esprit.

Oraison.

Dieu, qui avez instruit vos fidèles par la lumi­ère du Saint-Esprit, donnez-nous, par ce même Esprit la con­naissance et l'amour de la justice, et faites qu'il nous remplisse toujours de la joie de les consolations. Par J.-C. N.-S. Ainsi soit-il.

S'il y a plusieurs Sœurs qui reçoivent, le Voile, on prend le pluriel, et dans ce cas, on le met aussi aux autres Versets et Oraisons.

 

Messe du jour.

Après cela, les Sœurs éteignent et déposent leurs cierges, puis l'on chante solennellement la Messe du jour, si l'Office est double ; s'il est semi-double, on chante la Messe du Saint Esprit, celle de la Sainte Vierge, ou une autre, selon la dé­votion de celle qui prend le Voile. Elle y communie, et est toujours à genoux près de la grande grille, tenant à la main un cierge allumé, (qu'elle peut aussi poser près d'elle sur un chandelier), ayant la face découverte, et derrière elle un grand rideau, afin que les autres Religieuses ne soient pas vues.

Le Célébrant, après les Oraisons de la Messe, ajoute les suivantes :

O Seigneur, Dieu tout puissant, daignez jeter un regard d'indul­gence et de bonté sur votre servante, et em­braser son cœur du feu de votre amour ; afin que, vous étant entièrement consacrée, elle soit préservée de toute adversité présente, et mise en possession de la félicite éternelle, objet de tous ses désirs. Nous vous en prions par N.-S. J.-C.

Accordez, Seigneur, votre secours à vo­tre servante, afin que, s'occupant corporellement aux oeuvres pieu­ses, elle soit, en même temps, comblée des dons de votre grâce Nous vous en prions par N.-S. J.-C.

Le Sermon se fait à la fin de la Messe ou de la Cérémonie.

Après la Messe, les Religieuses se tiennent debout à leurs stalles, tournées vers le Saint-Sacrement, les grands Voiles baissés, et la Prieure ouvre le rideau. Si l'on fait alors le Sermon, elles l'entendent au milieu du Chœur, comme de coutume, et remettent ensuite aux stalles.


Bénédiction du voile.

Le Prêtre, revêtu de la chape, bénit le Voile au côté de l'Épître, chantant à haute voix ce qui suit, et les Religieuses y répondent :

v/ Notre secours est dans le nom du Sei­gneur.

r/. Qui a fait le ciel et la terre.

v/. Montrez-nous, Sei­gneur, votre miséricor­de.

r/. Et donnez-nous le salut qui vient de vous.

v/. Seigneur, Dieu des vertus, convertissez- nous.

r/. Montrez votre fa­ce, et nous serons sau­vés.

v/ Seigneur, exaucez ma prière.

r/. Et que mes cris s'élèvent jusqu'à vous.

v/. Que Je Seigneur soit avec vous.

r/ Et avec votre es­prit.

 

Oraison.

Seigneur Jésus-Christ, auteur des vertus et ami de ceux qui font pénitence, qui, dans ce monde, avez pratiqué l'humilité, la pauvreté, l'obéissance, la chasteté et les autres vertus, et qui dans votre miséricorde, êtes venu appeler les pé­cheurs à la pénitence, accueillant avec bonté ceux qui se convertis­sent à vous fidèlement; nous adressons à votre miséricorde ineffable nos ardentes supplica­tions pour que vous dai­gniez sanctifier-+-et bé­nir -+- ce voile ; soyez- nous propice et accor­dez à celle qui le por­tera dévotement, com­me signe d'une vie sain­te, la grâce d'apparaître devant votre tribunal et dans l'assemblée des saints revêtue d'un vêtement éclatant de blancheur et d'être glorifiée au jour du jugement, Vous qui êtes Dieu et qui régnez avec le Père et le Saint-Esprit dans tous les siècles des siècles. r/. Ainsi soit-il.                                  

Aussitôt après cette Oraison, le Prêtre jette de l'eau bé­nite sur le Voile, et les Chantres commencent, à leurs stalles, le Répons suivant que les Sœurs poursuivent, tournées en choeur. Pendant le Répons, le Célébrant s'approche de la grande grille, accompagné du Diacre qui porte le bassin avec le Voile. 

R/. J' aime le Christ Que j'ai pris pour mon Époux; Lui, dont la Mère est vierge, dont le Père est également vierge. Sa voix résonne en mon cœur avec une divine harmonie: Je l'aime, et je suis chaste ; je le touche, et je suis pure; je le reçois, et je suis vierge.

Les Chœurs :

v/. Il m'a donné un anneau pour gage de sa foi ; et II m'a ornée de colliers et de chaînes de grand prix.

Les Religieuses poursuivent :

Les Chantres: Venez, Épouse de Jésus-Christ… (Veni, sponsa Christi)

Cette Antienne finie, les Chantres du premier chœur commencent le Psaume Exaudiat, que les deux chœurs chantent alternativement.

Recevez la couronne que le Seigneur vous a préparée pour l'éterni­té.


Après ce Répons, soit qu'il n'y ait qu'une Professe qui prenne le Voile, soit qu'il y en ait plusieurs, le Prêtre se tourne vers la grille et entonne :

 Que le Seigneur vous exauce, au jour de la tribulation ; que le nom du Dieu de Jacob vous protège. Qu'il vous envoie son secours du sein de son sanctuaire, qu'il veil­le sur vous du haut de Sion. Qu'il se souvienne de vos sacrifices, et que vos holocaustes soient agréables à ses yeux. Qu'il remplisse le vœu de votre cœur, et qu'il assure le succès de vos desseins. Votre salut sera no­tre joie, et nous nous glorifierons dans le nom de notre Dieu. Que le Seigneur ac­complisse toutes vos demandes, et nous ver­rons que c'est le Sei­gneur qui sauve son Christ.

Psaume 19.

 

Puis le Célébrant recommence l'Antienne :

Il l'exaucera du haut de sa demeure sainte : le salut est dans la main du Sei­gneur.

Nos ennemis ont mis leur confiance, les uns dans leurs chariots de guerre, les autres dans leurs chevaux : pour nous, nous n'invoque­rons que le nom de no­tre Dieu.

Ils ont été abaissés et ils sont tombés, et nous nous sommes re­levés, et sommes restés debout.

Seigneur, sauvez le roi, et exaucez-nous le jour où nous vous im­plorerons.

Gloire au Père, etc.

Venez Épouse de Jésus-Christ.

Les Religieuses poursuivent : Recevez la couronne que le Seigneur vous a préparée pour l'éterni­té.

Si plusieurs Professes prennent le Voile en même temps, elles chantent ensemble l'Antienne Suscipe me.

 

Réception du voile

Puis la Prieure quitte son cierge, (ainsi que la Professe), et conduit celle-ci à la grille de Communion, ou le Célé­brant se rend en même temps avec le Diacre portant le bas­sin avec le Voile. La Sœur étant à genoux et la tête inclinée. le Célébrant lui met le Voile sur la tête, en sorte qu'il lui couvre la face, en disant :

S'il y a plusieurs Religieuses qui prennent le Voile, cette formule se dit au pluriel, et de même les autres Versets et Oraisons.

Après cela, la Prieure mène celle qui prend le Voile vers le milieu du Chœur, à quatre ou cinq pas de la grille, pour qu'elle chante debout l'Antienne suivante:

Antienne. Recevez-moi, Seigneur, selon votre parole, et je vivrai : et que je ne sois pas con­fondue dans mon at­tente.

Recevez le Voile sacré, signe que le Seigneur vous a préparée pour l'éterni­té.

Elles se retournent ensuite vers le Saint-Sacrement, pen­dant que le Célébrant dit sur la nouvelle Professe:

Que le Seigneur soit votre Aide et votre Pro­tecteur, et qu'il vous accorde la rémission de tous vos péchés, r/. Ainsi soit-il..

Il a posé un sceau sur mon visage.

Les Religieuses poursuivent sur le même ton : Pour que son saint amour ait seul accès dans mon cœur.

Soyez bénie + de Dieu le Pére, qui au commencement a créé toutes choses, r/ Ainsi soit-il

Que Dieu le Fils vous bénisse -+ Lui qui, pour devenir notre Sauveur, a bien voulu descendre des hauteurs du Ciel et s'assujettir au supplice de la Croix. r/ Ainsi soit-il.

v/. Que le Saint-Esprit vous bénisse -+ r/, Lui qui, dans le Jourdain, est venu reposer sous la forme d'une colombe sur la tête de Jésus- Christ.

Ainsi soit-il.v/. Et que, dans la Trinité parfaite, celui- là vous sanctifie -+- et vous garde tous les jours de votre vie, qui doit venir juger le monde et que nous attendons ; Lui qui, avec le Père et le Saint- Esprit, vit et règne

S'il y a plusieurs Professes elles chantent ensemble : Posuit signum, etc.

Puis la Prieure la reconduit auprès de la grande grille où elle se met à genoux ; et le Célébrant dit sur elle (ou sur elles) ce qui suit, parlant au pluriel ici et plus loin, s'il y a lieu :

S'il y a plusieurs Professes à prendre le Voile, le Prêtre le met à chacune successivement, en disant à chacune : Accipe Velum, etc.

*

La Prieure attache le petit Voile et dispose le grand Voile par-dessus. Le Célébrant retourne à la grande grille, et la Prieure, ayant repris son cierge ainsi que la Professe, conduit cette dernière au milieu du Chœur, à quatre ou cinq pas de la grille, pour qu'elle chante debout l'antienne Suscipe me, Domine; puis la Prieure quitte son cierge [ainsi que la professe], et conduit celle-ci à la grille de communion, où le prêtre se rend en même temps avec le diacre portant le bassin et le voile. La Sœur étant à genoux et la tête inclinée, le prêtre lui met le voile sur la tête, en sorte qu'il lui couvre la face, en disant : Accipe velum, etc. La Prieure attache le petit voile et dispose le grand voile par-dessus. Le prêtre retourne ensuite à la grande grille, et la Prieure, ayant repris son cierge [ainsi que la pro­fesse], conduit cette dernière au milieu du chœur, à quatre ou cinq pas de la grille où elle chante de­bout : Posuit signum in faciem meam [Il a posé un sceau sur mon visage]. Les Reli­gieuses poursuivent sur le même ton : Ut nullum, etc., et pendant ce temps la Prieure la reconduit auprès de la grande grille où elle se met à genoux; le prêtre dit sur elle les prières et bénédictions marquées au Manuel, et lui donne sa propre béné­diction par ces paroles : Benedictio Dei omnipotentis, etc.

À ce moment, le prêtre, se tournant vers le Saint-Sacrement, entonne le Te Deum, que les chœurs poursuivent tournés l'un vers l'autre. En même temps, la professe remet son cierge à la Sœur qui se présente pour le recevoir, comme on l'a dit à la prise d'habit, et, conduite par la Prieure, elle va se prosterner les bras en croix sur le tapis de serge. La Prieure retourne à sa place.

À la fin du Te Deum, les deux chantres du premier chœur chantent le premier Kyrie eleison, les chœurs reprennent alternativement les deux autres, puis le prêtre dit les versets et les oraisons auxquels les chœurs répondent, tournés vers le Saint-Sacrement.

Dieu miséricordieux, Dieu clément, à qui plaisent tous les biens, sans lequel au­cune bonne action ne peut être entreprise ni achevée, prêtez à nos très humbles prières l'oreille de votre miséricorde : défendez contre toute vanité du monde, contre tout embarras du siècle, contre tout désir de la chair, votre servante à qui nous avons im­posé, en votre nom, le saint voile de Religi­on. Soyez-lui propice ; accordez-lui de demeurer fervente dans cette sainte vocation, et, après avoir obtenu la ré­mission de ses péchés, de pouvoir jouir de la société de vos élus. Par J.-C. N.-S. r/. Ainsi soit-il.

Les oraisons finies, la Prieure quitte son cierge, s'approche du tapis vers la tête de la Sœur prosternée, reçoit l'aspersoir de la Sous-Prieure et asperge la professe, puis, touchant légèrement ses habits, elle la fait lever et la conduit à l'autel ; la Sœur, à genoux, les mains jointes, le baise ainsi que la main de la Prieure ; celle-ci re­vient à sa stalle conduisant la professe voilée, et la fait mettre auprès d'elle; toutes deux reprennent alors leurs cierges, et les Religieuses sortent du chœur en chantant le psaume Deus misereatur nostri, sans ajouter aucun verset ni oraison à la fin.

Si le père et la mère de la professe, ou l'un d'entre eux, sont dans l'église, la Prieure, avant de quitter le chœur, la mène à la grille pour recevoir leur bénédiction.

On dresse un acte de la prise de voile ; il est signé de la professe, de la Prieure et du Supérieur.


Sortie du choeur

Cela fait, les deux Chantres du premier chœur commen­cent le dernier chant du Psaume Deus misereatur nostri ; les Sœurs le poursuivent en sortant du Chœur deux à deux selon la manière accoutumée ; mais sans y ajouter aucun Verset ni Oraison.

Psaume 66.

Que Dieu prenne pi­tié de nous et nous bénisse : qu'il nous éclaire de la lumière de son visage, et qu'il nous fasse sentir sa miséri­corde :

Afin que nous con­naissions sur la terre les voies qui mènent à vous, Seigneur, et le salut que vous préparez à toutes les nations.

Que tous les peuples publient votre gloire, ô mon Dieu : que tous vous rendent homma­ge.

Que toutes les na­tions soient dans l'allé­gresse, car vous les jugerez avec équité, et vous dirigerez tous les habitants de la terre.

Que tous les peuples publient votre gloire, ô mon Dieu; que tous les peuples vous ren­dent hommage : la ter­re a donné son fruit.

Que le Seigneur, no­tre Dieu, nous bénisse, qu'il nous bénisse, et qu'il soit craint jus­qu'aux extrémités de la terre.

               Gloire au Père.

Retour à la page d'accueil des Etapes de la vie religieuse